Encore des élections en France ??

Dernière mise à jour : 17 mai


*Crédit : Alex E. Proimos, CC BY 2.0, via Wikimedia Commons


À peine le président réélu que les Français.es sont de nouveau appelé.es à voter en juin pour élire leurs député.es et former le Parlement. Moins connues et plus boudées que l’élection « star » de la présidentielle, ces élections jouent pourtant un rôle capital dans l’équilibre des pouvoirs. Cette année, elles pourraient même complètement changer la donne… On vous révèle tous les secrets des législatives !


Si l’élection présidentielle est présentée comme le moment le plus important et le plus suivi de la vie politique en France, il est loin d’être le seul ! Elections régionales, européennes, municipales, départementales, législatives… La liste est longue et peut être décourageante tant les nombreuses couches de nos institutions peuvent sembler compliquées.


Pense-bête


Une façon très simple de comprendre et se rappeler la différence entre tous ces rôles politiques, c’est de les classer par l’un des 3 niveaux où ils interviennent : local, national ou européen.


Concrètement : vous voulez plus de bus qui circulent en bas de chez vous ? Votez aux élections locales ! Vous aimeriez que toutes les centrales à charbon soient fermées et remplacées par des énergies renouvelables ? Votez aux élections nationales ! Vous pensez que la pêche électrique est une pratique barbare et devrait être interdite ? Votez aux élections européennes !


Sur le plan national, il y a donc deux élections directes : les présidentielles, immédiatement suivies par les législatives. Aux législatives, on choisit les député.es qui vont siéger à l’Assemblée nationale, comme c’est le cas les 5 et 19 juin prochains.


C’est quoi, au fait, un député ?


Un ou une député.e, c’est un.e élu.e chargé.e de proposer, débattre et voter les lois qui vont toucher l’ensemble des Français.es – plutôt important comme rôle, non ? Ils et elles le font en collaboration avec les sénateur.rices, mais ces dernier.es ne sont pas élu.es directement par le peuple.


Même s’ils et elles représentent toute la nation, chacun.e des 577 député.es est issu.e d’une division territoriale appelée « circonscription », et sera donc particulièrement à l’écoute des citoyen.nes de ce territoire pour pouvoir porter leur voix à l’Assemblée. Par comparaison, le Président de la République est censé travailler dans l’intérêt des 67 millions de Français.es. Ça fait beaucoup de personnes à satisfaire d’un coup !


Les député.es, qui sont élu.es pour cinq ans, doivent également contrôler l’action du gouvernement, et peuvent même le forcer à la démission si nécessaire ! Concrètement, le président de la République ne peut pas nommer un Premier ministre si l’Assemblée nationale ne le soutient pas majoritairement. L’idée ici, c’est d’avoir un équilibre des pouvoirs et d’empêcher toute dérive autoritaire – ça n’est pas parce qu’un.e Président.e a recueilli une majorité de voix qu’il a ensuite le droit de faire ce qu’il veut pendant cinq ans sans avoir de comptes à rendre à personne ! Les député.es, c’est donc le peuple qui protège la démocratie.


Pourquoi j’irais voter aux législatives ?


*Crédit : MrGogoDanseuse via Melenshack.fr


La théorie, c’est bien beau, mais voici trois raison concrètes d’aller se déplacer les 5 et 19 juin pour cette élection méconnue :

  1. Parce que ça peut créer un changement de politique. Aujourd’hui, l’Assemblée est dominée par le parti présidentiel, La République en Marche. Emmanuel Macron a donc le champ libre pour faire absolument ce qu’il veut. Mais un renouvellement des député.es peut très vite faire basculer cette situation de monopole du pouvoir, et aller jusqu’à imposer à Macron un gouvernement Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES) en cas de majorité absolue ! Le pouvoir de faire la différence tient donc dans cette élection.

  2. Parce que les Français.es de l’étranger méritent mieux. Avec sa conception du pouvoir hyper verticale et centralisée, Macron ne voit pas plus loin que le bout de la métropole. Comme les Français.es d’outre-mer, les Français.es de l’étranger sont parmi les grand.es perdant.es du quinquennat qui s’achève, que ce soit sur le plan de l’éducation, des protections sociales, des retraites ou des services consulaires. Même le nombre de bureaux de vote a été réduit ! Nous sommes pourtant 2,5 millions, et nos voix méritent d’être entendues. Dans chacune des 11 circonscriptions de l'étranger, un.e candidat.e investi.e par la NUPES vous propose de défendre un projet qui rende aux Français.es de l’étranger leur place de citoyen.nes à part entière, à même de participer pleinement à la construction d’une société solidaire et en phase avec la nature.

  3. Parce qu’on peut voter en ligne ! Pour les Français.es de l’étranger, plus besoin de prendre une demi-journée pour se déplacer dans des bureaux de vote éloignés et difficilement accessibles : le vote est ouvert sur internet. Il suffit d’être inscrit.e sur sa liste électorale consulaire (vérifiable ici) et d’avoir fourni une adresse mail et un numéro de téléphone.

Le processus de vote en ligne est très simple et entièrement sécurisé. Mais attention, avec ce mode de scrutin, les dates sont avancées ! Pour le premier tour, le vote est ouvert du 27 mai au 1er juin 2022, et pour le second tour, du 10 au 15 juin 2022. Alors, plus aucune excuse : les législatives, c’est l’affaire de tout le monde !


Jérémy Davis




35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout